Trek back : de Lukla à Shivalaya

Après avoir fêter l’anniversaire de Tatiana à Lukla, nous poursuivons notre descente vers Shivalaya où nous devons prendre le bus pour Katmandou. Le trek touche à sa fin.

J18 à J23 du trek : de Lukla (2 800 m) à Shivalaya (1 770 m)

Voilà nous retrouvons les joies des dénivelés importants chaque jour et nous reprenons le même chemin qu’à l’aller. Nous n’avons que très peu de choses à vous raconter concernant le paysage mais nous avons trouvé une nouvelle motivation : la découverte des alcools artisanaux népalais.

Mais avant cela, un peu de récit de trekking. les montées et descente se font sans trop d’encombres (et sans trop de douleurs dans les genoux) et nous continuons à voir pendant ces quelques jours de très beaux paysages … et même un singe ! Le même qu’au Langtang ! Voici quelques images de la descente.

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)
Celle-ci, elle est pour Jef ! Fondations en pierres et ossature bois

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)
Une mer de nuages, magique

Découverte des boissons locales

Maintenant que nous risquons plus d’avoir le mal des montagnes, nous avons décidé de tester certaines boissons locales, le soir, après nos dures journées. Cela à mener à de bien bonnes discussions et rigolades avec Subash et Polo.

Avant toute chose, la base de beaucoup d’alcool au Népal est le millet. Le millet, ça donne ça.

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

Maintenant que les présentations sont faites, place à la dégustation.

Le raksi ou la soirée Boss of the mountain

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

Le raksi est un alcool distillé traditionnel du Népal et du Tibet fait à partir de millet. Il est assez fort (environ 20-30°) et il se rapprocherait du saké japonais au niveau du goût. Pour être francs, nous avons pas trop accrochés au raksi ! Son odeur est prononcé, mais son goût est assez insipide.

Malgré la boisson, Tatiana poursuit l’écriture de notre journal de bord alors que notre guide, Subash, nous hurle le briefing du lendemain en tant que bon « boss of the mountain« .

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

Le tongba ou la soirée Bouddha vs science et rencontre avec le Bamboo economist

Après quelques parties de T-T ou Table Tennis (Ping-Pong, en somme), nous débutons tôt dans l’après-midi la découverte du tongba.

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

Le nom de tongba correspond en fait au contenant de la boisson qui est plutôt sympa. Il s’agit encore une fois d’une boisson faite à base de millet. Ici, il n’est pas distillé mais fermenté pendant une quinzaine de jour. Pour être consommé, le millet fermenté est mis dans un contenant, recouvert d’eau chaude et dégusté à la paille. Plus vous remuez le tout, plus la boisson se charge en alcool. Le petit plus du tongba ? C’est une boisson presque « à volonté » : il suffit de rajouter de l’eau chaude sur le millet fermenté pour se resservir un verre.

Nous avons une bien bonne soirée à parler de Bouddha, de science et de l’opposition de ces concepts avec Palman, alias le Bamboo Economist. Nous avons adoré cette boisson qui n’est pas sans nous rappeler le vin chaud (le sucre en moins).

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

Sur la première photo, vous apercevez de la viande. J’ai testé la viande de buffle local car cette dernière était bien fraîche, comme l’attestent les photos suivantes (pas comme la viande mangée dans les montagnes qui est soit séchée au soleil (sur laquelle les mouches se baladent) ou montée à dos de porteur crue pendant plusieurs jours).

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

La chiang

Considérée comme la bière locale, cette boisson au drôle d’aspect possède un goût étrange. Pour nous, cela avait le gout de tongba (en raison du millet) mais moutardé. Problème : ils m’avaient servi un pot d’un litre … Je n’ai pas pu finir.

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (45)

La fin du trek a sonné

Nous voilà à Shivalaya et le trek touche à sa fin. Ce matin, je teste le thé tibétain (thé au beurre, au lait et au sel). Comme cela ressemble fort au thé mongol, Tatiana s’abstient.

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (43)

Notre dernière étape nous mène de Bhandar (2 190 m) à Shivalaya (1 770 m). Tatiana avait oublié notre serviette de bain le premier soir, à Bhandar. En arrivant à la lodge, nous demandons s’ils ne l’ont pas trouvé. Réponse négative. Mais, au petit matin, le gérant nous la rend. Nous pensons qu’ils l’ont lavé le soir pour nous la rendre propre !

Polo et moi décidons d’atteindre Deurali, 500 m plus haut, sans faire de pause. Tatiana et Subash trainent derrière. Arrivés à Deurali, dernière ligne droite : la descente vers Shivalaya 1 000 m plus bas. Nous arrivons tôt, déjeunons et partons nous baigner et nous laver dans la rivière. Nous profitons de ces derniers moments de bonne humeur ensemble.

nous partons à la rivière pour nous faire une toilette et profiter des derniers moments ensemble …

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (48)

Tat : Alors que les garçons se lavent en caleçon dans la rivière, je ne peux, pour des raisons culturelles, me baigner en sous vêtements comme eux … (c’est déjà bien qu’ils m’aient accepté avec eux). Du coup, après mettre lavé les cheveux, je « plonge » dans la rivière en pantalon et tshirt et m’astique tant bien que mal ! Expérience unique et bien rigolote.

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (49)

Une fois tous propres, nous trinquons avec les garçons.

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (50)

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (51)

Bien entendu, nous poursuivons notre découverte culinaire avec une bonne bière Everest et un dernier repas cuisiné par Subash : Everest pizza ! Un régal !

nepal_trek_gokyo_lukla_shivalaya (51)

2 commentaires

Laisser nous un petit mot