Sagada et ses cercueils suspendus

Je quitte les rizières de Banaue et Batad pour me rendre dans le village de montagne de Sagada non loin de là. Ce dernier est connu pour ses chemins de randonnées, son ambiance posée mais surtout pour ses cercueils suspendus.

Cercueils suspendus de Sagada

A peine arrivé à Sagada, je pars marcher vers l’Echo Valley pour apercevoir ces fameux cercueils suspendus. Ces derniers se trouvent sur le flanc d’une falaise.

Philippines_Sagada (23).jpg

Philippines_Sagada (23).jpg

Philippines_Sagada (23).jpg

Philippines_Sagada (23).jpg

Cette tradition de suspendre certains cercueils peut être trouvée dans certaines régions de Chine, en Indonésie et aux Philippines, exclusivement à Sagada. En rentrant au village, j’en profite pour tester une des spécialités du pays : l’adobo, du poulet marinée dans  du vinaigre et une sauce soja, le tout avec de l’ail. Pas mauvais du tout !

Philippines_Sagada (23).jpg

Randonnée autour de Sagada

Le lendemain, je décide d’aller randonner sans guide vers le sommet du mont Ampacao. Je pars très tôt car je sais qu’il peut parfois faire chaud en milieu de journée. Je débute en longeant la route comme prévue puis je découvre le lac « mystique » de la région qui ne vaut absolument pas le détour. Là, je sens déjà que trouver la piste ne va pas être évident et effectivement … après 1 ou 2 heures de marche, je me retrouve dans un paysage de rizières !

Philippines_Sagada (23).jpg

Philippines_Sagada (23).jpg

Je descends jusqu’au village où je suis invité par les villageois à boire le café au lait et à manger une brioche. Tout le monde semble se demander ce que je fais là sans guide et quand je demande où est le Mont Ampacao, tout le monde sourit et me dit que ce n’est pas du tout là mais de l’autre côté du mont que je viens de descendre … Oups !

Un homme m’indique un raccourci coupant à travers rizières et forêts. Alors, après avoir prié pour moi (oui, je suis aux Philippines), je suis ces indications. 30 minutes plus tard, me voilà trempé, les pieds dans un ruisseau, la tête dans les feuilles, à glisser dans la boue … je décide de rebrousser chemin. Sur la route du retour, j’aperçois un petit trail qui semble être le bon. Après 1h de marche, celui-ci disparaît littéralement dans les broussailles et les branches … je suis à nouveau perdu mais je tiens bon malgré l’état du trail et je trouve enfin ma route !

Philippines_Sagada (23).jpg

Philippines_Sagada (23).jpg

Après quelques bonnes heures de marche, j’arrive enfin à Sagada. La vue n’est pas exceptionnelle mais cela m’aura permis de bien crapahuter sur les collines.

Grottes de Sumaguing et Lumiang

Philippines_Sagada (23).jpg

Le dernier jour à Sagada, je décide de me rendre aux grottes de Sumaguing et de Lumiang. Pour visiter l’intérieur de ces dernières, il est impératif d’avoir un guide alors je passe pour cette fois car avec Tatiana, nous avons déjà fait pas mal de grottes. En revanche, dans l’une des grottes, il est à nouveau possible d’apercevoir un empilement de cercueils – visibles depuis l’entrée de la grotte.

Philippines_Sagada (23).jpg

Philippines_Sagada (23).jpg

Philippines_Sagada (23).jpg

Une étrange atmosphère se dégage de ce lieu avec ce tas de cercueils, ces ossements et ces lézards gravés faisant office de « porte bonheur ».

Philippines_Sagada (23).jpg

Sur le chemin du retour vers l’auberge, j’aperçois encore quelques cercueils suspendus, vous les voyez ?

Philippines_Sagada (23).jpg

Regardez de plus près !

Philippines_Sagada (23).jpg

5 commentaires

  • JF dit :

    Vraiment étrange cette tradition des cercueils suspendus !!!! Vous en connaissez la raison/signification/origine ?

  • Vadrouille et Tambouille dit :

    Non, Rom dit que ce n’est pas très clair. Si tu fais des recherches, tiens nous au courant.

  • JF dit :

    Si je vous pose la question c’est que j’ai eu la flemme de chercher sur Internet : )))

  • Vadrouille et Tambouille dit :

    J’ai fait quelques recherches et plusieurs « explications » sont possibles, rien de bien formel. Ce rite funéraire serait utilisé pour que :
    – les morts soient plus proches du « paradis »
    – les morts puissent « sentir et entendre » le souffle du vent et voir le soleil
    – les morts et leur ossements ne soient pas dévorés par les animaux
    – ces cercueils n’empiètent pas sur l’espace de culture
    – les morts puissent « avoir un oeil bienveillant » sur leurs proches d’où la hauteur

    Selon la tradition, les jeunes des tribus Igorot bénéficient d’un bien-être spirituel en effectuant ce rite funéraire. Pour cela, les morts sont habillés aux couleurs de la famille (afin d’être reconnus par les ancêtres) et le fait de porter les cercueils permettraient de recevoir ce « fluide spirituel ».

    Voilà ce que j’ai pu trouvé sur ces rites funéraires qui en font un des cimetières les plus particuliers du Monde !

  • Anaïs dit :

    En effet, très étrange ce cimetière.
    (Oui j’ai pris un peu de retard dans vos articles mais je suis en train de rattraper mon retard^^)

Laisser nous un petit mot