Le volcan Taal près de Manille

Je quitte la Cordillère des Philippines pour retourner non loin de Manille découvrir le volcan Taal. Après quelques heures de bus et de bouchons, me voici à Tagaytay, ma base de lancement pour cette excursion.

Taal, un parc à touristes …

De bon matin, je pars avec un couple britannique vers le lac où se trouve le volcan Taal. Impossible de réellement négocié le transport pour effectuer la descente car les prix sont entendus entre les chauffeurs. La route est pentue et sinueuse mais j’aperçois quelques très beaux oiseaux. Une fois, en bas, le circuit est bien rôdé !

Nous sommes déposés par le chauffeur dans un hôtel, étrange. Celui-ci nous sort le grand jeu avec les différents « package ». Nous sommes au courant des prix fixés et nous demandons juste la traversée en bateau … il accepte bien qu’en tentant une dernière négociation … Nous résistons.

Philippines_Taal_Volcano_Tagaytay (3).jpg

Nous sommes donc sur le lac Taal à bord du bateau pour une courte, mais chère traversée de 20 minutes. Sur notre droite, un volcan semble s’élever avec une forme de cratère. Nous découvrirons que ce n’est pas du tout le volcan Taal, du moins pas le cratère principal.

Philippines_Taal_Volcano_Tagaytay (3).jpg

En arrivant, le manège à touristes est enclenché. Nous descendons du bateau via une petite marche préalablement installée : 10 pesos ! Bah oui, descendre par la marche c’est payant, sauter ne l’est pas ! Puis, arrivée au guichet :

  • « Bonjour, vous devez prendre un guide ! »
  • « Non merci ! »
  • « Alors faites l’ascension sur un cheval. »
  • « Non merci ! »
  •  » C’est très loin ! »
  • « Non ne vous inquiétez pas, merci. »

Nous serons les seuls à faire l’ascension de 30 à 40 min en marchant. Certes il fait chaud et il y a beaucoup de poussière à cause des chevaux mais tout de même …

… ou un vrai volcan ?

Avant de vous montrer la vue du cratère, il faut savoir que ce volcan Taal est un peu particulier. En effet, il s’agit d’une caldeira qui contient le lac Taal, qui contient l’île Volcano Island qui, elle-même, contient un lac ! Vous avez suivi ? Non ? C’est normal ! Moi non plus.

CaldeiraUne caldeira ou caldera est une sorte de large « cratère » circulaire ou de forme elliptique pouvant atteindre plusieurs kilomètres de diamètre. Ce phénomène résulte d’un effondrement en raison du vidage des chambres magmatiques durant les éruptions, mais ne résulte en aucun cas d’une explosion volcanique.

Philippines_Taal_Volcano_Tagaytay (3).jpg

Philippines_Taal_Volcano_Tagaytay (3).jpg

Arrivé au sommet, il est donc possible d’apercevoir un lac au fond du cratère d’un bleu sulfureux et qui n’arrête pas de bouillonner. Oui, oui, le Taal serait le volcan le plus meurtrier des Philippines en raison de ses multiples éruptions explosives entrainant nuées ardentes et tsunamis. Je profite de la vue, mais la prise de photos n’est pas évidente, nous sommes cantonnés à un petit secteur rempli de stands à souvenirs ou à boissons. Il est possible de se rendre au point de vue appelé « Red Lava » où il faut à nouveau payer … je passe !

Philippines_Taal_Volcano_Tagaytay (3).jpg

Pour mon premier volcan en Asie, je suis un peu déçu de l’aspect ultra-touristique, mais cela m’a permis de passer une agréable journée hors de Manille avant d’aller prendre mon vol pour l’île de Palawan.

4 commentaires

  • Lebowski dit :

    Bonjour!
    Je compte aller au volcan Taal avant de prendre mon avion à 18h, tu crois que c’est jouable ou trop risqué en fonction de ton expérience? En tous cas merci pour ton article tres interressant!

  • Vadrouille et Tambouille dit :

    Merci pour ton commentaire déjà. Pour être rapide, je pense que ça semble « short » niveau timing pour faire l’aller-retour et honnêtement je n’ai pas été conquis par la visite.
    Car, comme tu le sais (enfin j’imagine), les transports en commun sont loin d’être optimisés aux Philippines. De mémoire, j’avais mis très longtemps à cause des bouchons pour sortir de Manille.
    Sur place, j’avais trouvé un couple dans mon auberge pour me rendre au lac où tous les bateaux partent après négociation du tarif. C’est sincèrement un « piège à touristes » avec le bateau hors de prix, la demande d’argent pour la petite passerelle pour descendre, la possibilité de monter à cheval, un tarif spécial pour aller sur un point de vue, etc.

  • martin guay dit :

    une conne ou un con…. a vous de choisir…. critiquer cette merveille quand il en coute aussi peu que 50$ a cheval …. critiquer et ne pas vouloir donner un peu d argets a ceux qui vivent de ca….. a celle qui a ecrit ceci…. reste chez toi…. la petite enfant qui tien ta main pour que ton cul de conne touce pas l eau quand tu quitte le bateau a 2$ espere 25 cents et tu te permet de chier sur la grandeur de ce que tu a l occassion de voir….. jt paye une corde a 100$ pour te pendre t que durant tes souffrances tu considere que ces gens vives de ca pis que t est juste une criss de parvenue…. qui est tu pour vouloir aller la gratis…. reste chez vous conasse car la bas… ils sont povres…. tu est une insulte a la race humaine

  • Bonjour Martin, pour te répondre c’est donc un « con » et pas une « conne » en l’occurrence.
    Je peux très bien comprendre votre point de vue même si je n’adhère ni au contenu, ni à la forme de votre commentaire. Je pense que nous n’avons pas la même vision du « tourisme ».
    Pour faire rapide, ce n’était pas un enfant et quand bien même, je préfère que ces enfants aillent à l’école plutôt qu’ils ne soient dépendants des « pourboires » de touristes.
    Pour l’aspect balade chevaleresque, disons que je préfère marcher et profiter du volcan par moi-même plutôt que de participer à une farandole de chevaux.
    Dans tous les cas, je suis d’accord avec vous sur la « grandeur du site ».

Laisser nous un petit mot