Institut Vavilov, biodiversité et sécurité

L’Institut Vavilov, situé en plein cœur de Saint-Pétersbourg est considéré comme l’un des pionniers de la biodiversité en Russie. Ses activités de recherche, d’étude mais surtout de conservation de graines ou semences en font un acteur majeur de la conservation de la biodiversité et de la sécurité alimentaire.

Le QQOQCP

  • Qui ? L’Institut Vavilov
  • Quoi ? Banque de gènes, de graines ou de semences et centre de recherche agronomique
  • Où ? Basé à Saint-Petersbourg avec d’autres stations parsemées en Russie
  • Quand ? Créé en 1926 par Nikolaï Ivanovitch Vavilov
  • Comment ? Collection, conservation et R&D (Recherche & Développement) sur certaines graines ou semences
  • Pourquoi ? Obtenir une large base de bio-ressources et permettre une sécurité écologique (biodiversité) et alimentaire au niveau régional, national et global

Nos questions à l’Institut Vavilov

insitut_vavilov_saint_petersbourg (1)

Pour réaliser ce portrait, nous avons interrogé Sergey Shuvalov, responsable communication accompagné de Vladimir, responsable du département « genebank » ou banque de gènes.

  1. Le développement durable, pour vous, en quelques mots ?
  2. En quoi pensez-vous contribuer au développement durable ?
  3. Quel(le) projet / action aimeriez-vous voir émerger dans votre communauté / environnement proche ?
  4. Un sujet que vous aimeriez que nous traitions ? Le sujet du traitement des déchets et de leur accumulation croissante qui ruine l’environnement en raison notamment des décharges sauvages
  5. Un défi pour nous ? Marcher autant que possible afin d’éviter les transports responsables de pollution !

On vous en dit plus …

L’Institut Vavilov, c’est une véritable réserve mondiale de graines ou semences qui utilise des technologies innovantes pour la conservation de ces collections. C’est également un centre de recherche et de développement et des stations expérimentales à travers la Russie.

Qu’est-ce qu’une banque de graines ?

institut_vavilov_crio

Une banque de graines ou semences sont des lieux assez protégées où sont conservées ou maintenues ex-situ des graines de plantes sauvages ou autres. Le but premier de ces banques est d’étudier et d’améliorer les espèces cultivées surtout d’un point de vue agriculture, agroalimentaire ou pharmaceutique.

Néanmoins, toutes ces ressources génétiques peuvent contribuer à la protection et la préservation de la biodiversité à certains moments comme durant l’extinction ou la disparition partielle de certaines espèces.

AnecdoteSergey nous a fait part d’une histoire : l’Institut Vavilov, grâce à ses collection, a permis à l’Ethiopie de récupérer une certaine espèce disparue afin de relancer son développement local.

Nikolaï Vavilov, visionnaire et martyr russe

Le scientifique russe Nikolaï Vavilov avait envisagé une potentielle catastrophe qui priverait l’humanité de la biodiversité naturelle. En tant que botaniste, agronome et généticien, sa solution était de constituer une collection de graines de plantes (cultivées ou sauvages) provenant du monde entier dans le but d’éviter cette catastrophe ou, si jamais, de reconstituer le patrimoine végétal.

Ses missions l’ont notamment mené en Iran, en Amérique centrale, aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Méditerranée et en Éthiopie. Officiellement, il mettait ses recherches au service de la Russie soviétique afin d’améliorer les performances de l’agriculture en sélectionnant des espèces cultivables plus résistantes et plus productives. Malheureusement pour lui, les objectifs étaient inatteignables …

Accusé de vouloir ralentir la science soviétique, il est arrêté en 1940. 3 ans plus tard, à Saratov, il mourut de dystrophie pour cause de malnutrition ! Un comble ou un paradoxe pour cet homme qui aura dédié sa vie à fonder une réserve de graines notamment alimentaires …

L’Institut pan-soviétique de botanique appliquée et de nouvelles cultures de Léningrad a pris le nom de ce scientifique russe en 1967.

L’Institut Vavilov, une réserve unique

L’institut possède différentes activités comme :

  • la collection ou l’enrichissement de la collection, avec 1500 missions à travers 110 pays
  • la R&D avec 4 départements disctincts (méthologie et laboratoires, ressources génétiques, groupes et genebank)
  • l’étude et l’utilisation de ces graines afin de définir des détails sur l’origine, l’évolution ou le classement potentiel de celles-ci

L’institut développe aussi des stations d’expérimentation (au nombre de 12) à travers la Russie et même au cercle polaire. Ces stations ont pour but de régénérer, maintenir ou étudier certaines espèces.

L'Institut Vavilov en chiffres
  • 323 000 accessions ou « graines »
  • 64 familles de plantes
  • 376 genres
  • 2169 espèces
  • 30 % des accessions n’existent déjà plus sur Terre
  • 90 % des collections ne se trouvent dans aucune autre « banque »

La banque est actuellement classée 4ème mondiale après les États-Unis, la Chine et l’Inde !

Notre visite de la Genebank

insitut_vavilov_saint_petersbourg (10)

De notre côté, nous souhaitions en savoir plus sur les activités de conservation et notamment sur cette banque de gènes ou genebank.

Dans le département de la conservation, deux types de moyen sont utilisés :

  • conservation à basse-température
  • conservation sur le long terme avec utilisation de la cryogénie

Pour effectuer la conservation, un certain « roulement » est nécessaire. En effet, certaines graines nécessitent un renouvellement régulier. Ces dernières sont alors plantées et récoltées pour être de nouveau conserver pendant quelques années. C’est l’un des rôles des stations expérimentales.

insitut_vavilov_saint_petersbourg (10)

Étant anti-OGM, la plus grande menace pour les collections est d’être « contaminée » par les champs voisins aux stations d’expérimentation lors de leur renouvellement.

institut_vavilov_crio

Ainsi, le procédé cryogénique permet de conserver les graines beaucoup plus longtemps (cela peut aller jusqu’à des centaines d’années). D’ailleurs, l’utilisation de la cryogénie pour la conservation de graines semble être unique au monde !

insitut_vavilov_saint_petersbourg (10)

Notre point de vue

Totalement novices en la matière, nous avons obtenu beaucoup d’informations sur le domaine de la conservation des semences. Nous avons également eu le plaisir de visiter la banque de gènes ou genebank et de découvrir la cryogénie comme moyen de conservation sur le long terme.

Selon nous, les activités de l’Institut Vavilov permettent notamment :

  • de préserver la biodiversité en conservant des espèce disparues ou en voie d’extinction
  • d’assurer une sécurité alimentaire en fournissant certaines graines en cas de besoin
  • de conserver des semences « pures » non affectées par les OGM
  • de connaitre l’évolution des espèces sous certaines conditions

Malheureusement, actuellement, le fonctionnement de l’institut est quelque peu diminué en raison du peu de soutien du gouvernement russe ! Mais, les employés ont à cœur de poursuivre l’ensemble des activités et de défendre leur institut !

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’Institut Vavilov, n’hésitez pas à visiter le site de l’Institut Vavilov.

Que pensez-vous de ce projet ? Saviez-vous que ce genre d’initiatives avait lieu à travers le Monde ?

Ce portrait vous a plu ? Vous souhaitez que l’on interview une personne menant un projet en lien avec le développement durable ?  N’hésitez pas à nous laisser des commentaires, nous sommes à votre écoute !

2 commentaires

  • Adeline dit :

    Très intéressant! Ca fait plaisir de recommencer à découvrir des initiatives durables après le récit du trek (intéressant aussi, mais dans un autre genre). Surtout que là c’est un sujet très peu connu donc on apprend vraiment des choses nouvelles 🙂
    D’ailleurs c’est marrant, Rue89 a fait un article qui parlait de ça il y a quelques jours: http://rue89.nouvelobs.com/2014/12/20/moquons-plus-panais-rutabagas-leurs-histoires-sont-racines-256629 (fin de l’article) . Ils racontent que certains de ses collaborateurs sont morts de faim pendant la guerre dans entamer le stock de graines, ça prouve leur dévotion!

  • Vadrouille et Tambouille dit :

    Je ne sais pas pour la sauvegarde des graines pendant la guerre. Dévotion avec un D majuscule !
    En tout cas, on n’a pas copié rue89, on a rencontré les gars de l’institut en juillet 🙂

Laisser nous un petit mot