Malawmyine, île de Bilu Gyun (Géants)

Depuis Malawmyine, nous avions le choix entre deux îles : celle du Lavage des cheveux ou celle des géants. Nous avons opté pour cette dernière, l’île de Bilu Gyun avec la découverte de l’artisanat local birman.

En route vers Bilu Gyun

Dans notre auberge de Mawlamyine, nous avons retrouvé Mathieu, un Français que nous avions rencontré à Ulan Ude (Russie) juste avant le passage en Mongolie. Comme quoi le monde est petit ! Nous y avons aussi fait la rencontre de Michael qui vient d’Israël et qui était avec Mathieu en Thaïlande.

Le tour organisé par l’auberge étant complet, nous nous levons de bon matin pour essayer d’aller par nos propres moyens sur l’île des géants. Un premier tuk-tuk nous propose un prix trop élevé alors nous continuons et faisons du stop … En deux minutes, un autre tuk-tuk nous amène à l’embarcadère au Sud de la ville gratuitement.

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Ni une, ni deux, nous embarquons directement et nous voilà partis pour une traversée du fleuve d’environ 1 heure.

A peines arrivés sur l’île, nous nous enregistrons : nos numéros de passeports et de visas sont relevés. Jojo, un guide local, semble être la personne référente pour tous les étrangers sur l’île venant en dehors des tours organisés. Nous partons donc en tuk-tuk avec lui pour une journée découverte de l’artisanat autour de l’île.

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Après un premier arrêt chez Jojo, notre chauffeur nous propose de gouter le bétel ! Etrange sensation pour un goût très particulier !

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

BételLe bétel provient de la noix de bétél ou d’arak. Très appréciée en Birmanie, elle est concassée puis roulée dans une feuille de bétel accompagné de tabac ou de chaux. Il ne faut rien avaler mais tout recracher sous forme d’un liquide rougeâtre ! Vous verrez de nombreux Birmans aux dents rouges foncés et souvent très abîmées à cause de la chaux. La consommation de bétel permettrait de lutter contre la fatigue.

De son côté, Tatiana s’est fait une petite beauté avec le thanakha, cette drôle de crème jaune pâle dont la majeure partie de la population féminine (mais pas que) se recouvrent le visage. Au-delà de l’aspect beauté, elle protège du soleil, évite la transpiration et joue un rôle antiseptique.

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Artisanat de Birmanie

Dans le désordre, nous vous présentons les diverses activités que nous avons pu découvrir.

Cheerot, le cigare birman

Nous rencontrons les rouleuses de cheerot, le cigare birman. Ici, tout se fait à la main et en deux temps, trois mouvements, le tabac se retrouve coincé dans une feuille de journal pour former les cigares si caractéristiques de la Birmanie.

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Hévéa et caoutchouc

Nous avons aussi pu découvrir la collecte du jus d’hévéa servant à la fabrication de caoutchouc naturel. Ce dernier est ensuite séché et enroulé sous forme de tube avant d’être découpées pour en faire un tas d’élastiques multicolores.

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Le caoutchouc 100% naturel est mis au soleil pour sécher et sera vraisemblablement exporté pour fabriquer des pneus pour l’aé ronotique ou encore des préservatifs … d’où cette odeur si particulière.

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Ardoises d’école

Sur l’île, il y a aussi un gisement d’ardoise. En Espagne et en France, ces ardoises sont surtout utilisées pour les toitures. Ici, elles sont encadrées bois afin d’être utilisées par bon nombre d’écolier en Birmanie.

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Fabrication de briques

Jojo nous a également amené derrière chez lui où se trouve une fabrique de briques. Sous le soleil de plomb, ces femmes et ces hommes travaillent encore de manière « artisanale » entre les coups de pioche et de pelles pour récupérer la matière, la mise en forme des briques, le porté de briques pour les faire sécher ou encore la création de four pour cuire ces briques ! Tout est fait manuellement ou presque. Bref, un travail qui semble éreintant et une drôle de sensation de se trouver là avec nos appareils-photo. Jojo nous indique que lq région étant assez riche, les ouvriers viennent des régions du Nord plus pauvre car la main d’oeuvre locale est trop chère.

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Crémation bouddhiste

Enfin, nous avons été sur le lieu de crémation d’un moine important de Birmanie. Agé de plus de 90 ans, il est décédé durant la mousson (il y a 3 mois). Son corps a été conservé afin de pouvoir préparer ses funérailles et le festival qui va avec à la belle saison. 3 jours de fête et de chants avant que son corps ne soit brûlé avec la pagode colorée !

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

La journée se termine comme elle a commencé avec un retour en ferry pour Mawlamyine …

birmanie_bylu_gyun_ile (30)

Sauf qu’encore une fois, nous avons été témoins de la bonté et de la générosité des Birmans. Alors que nous avions bien mangé, sur le chemin du retour, un groupe de personnes nous a conviés à partager le repas en l’honneur d’un festival en lien avec Bouddha. Nous nous sommes donc retrouvés à manger à nouveau entourés de personnes souriantes et chaleureuses …

Le lendemain, nous étions invités au poulet-rôti, mais malheureusement, il était l’heure pour nous de quitter Mawlamyine …

2 commentaires

  • mag dit :

    ils sont courageux ces birmans!! joli teint tat avec ta crème jaune et rom ça te va bien de conduire un tuk tuk:)

  • Vadrouille et Tambouille dit :

    Wé c’était un saut dans le temps cette visite !

Laisser nous un petit mot