Trek / grande randonnée : quel équipement

La première fois que nous sommes partis en trek au Langtang, Romain et moi ne savions pas trop quoi emporter. Même si nous avions un porteur, nous souhaitions partir le plus léger possible. Alors, quand je suis retournée au Népal début 2015 pour m’attaquer seule aux montagnes, je me suis à nouveau creuser la tête pour diminuer encore plus le poids de mon sac sans pour autant manquer de quelque chose. Alors, 8-9 kg d’équipement, ça représente quoi ?

Porter son équipement de randonnée comme une grande

Avant de commencer, j’étais assez nerveuse et me demandais si j’allais être capable de traîner mon paquetage en haut des montagnes. Et bien, figurez-vous qu’en emportant le strict minimum, ou presque, et en ayant un bon sac, ce n’est pas si difficile. Nous l’avons d’ailleurs refait avec Romain à l’été 2015 en faisant le tour du Mont-Blanc, tente, matelas et nourriture en plus sur le dos !

Côté minimalisme, je peux encore m’améliorer, mais j’étais assez contente de mon organisation car mon sac pesait moins de 10 kg (je pense entre 8 et 9 kg) alors que je suis assez frileuse et gourmande …

nepal_trek_abc_pothana_pokhara (1).jpg

Passage en revue de l’équipement de randonnée

Découvrez en détails notre équipement de voyage version homme et femme.

NépalL’équipement de trek proposé est basé sur mon expérience de trek au Népal. Je pense qu’il s’adapte bien à d’autres situations, mais pensez bien à vérifier les conditions climatiques de la région où vous pensez randonner avant de boucler votre sac.

trek_sac_BD

Cliquez sur l’image pour l’afficher en plus grand

Ci-dessous, je détaille l’ensemble de mon équipement en apportant des justifications sur mes choix. Si vous cherchez uniquement une liste, la voici :

Vêtements

  • 2 pantalons de randonnée, un beige léger, un noir plus chaud
  • 2 leggings thermiques, 1 fin comme pyjama, 1 épais comme pantalon d’intérieur et pour quand il fait bien froid
  • 1 t-shirt à manches longues en laine
  • 1 t-shirt de marche
  • 1 chemise de randonnée
  • 1 polaire
  • 1 bonne veste soft shell
  • 3 culottes et 2 soutien-gorges
  • 3 paires de chaussettes
  • 1 paire de chaussette en laine et polaire
  • 1 à 2 paires de gants (des sous-gants et des gants)
  • 1 bonnet
  • 1 écharpe
  • 1 bandeau (facultatif)
  • 1 buff
  • 1 chapeau
  • 1 paire de tongs (facultatif)

Sommeil et hygiène

  • 1 sac de couchage
  • 1 sac à viande
  • 1 shampoing (échantillon / facultatif)
  • 1 pain de savon
  • 1 déodorant (facultatif)
  • 1 pot de crème hydratante
  • 1 lime à ongles/coupe ongles
  • 1 petit flacon de savon liquide (accessible pour se laver les mains avant les repas)
  • 1 dentifrice
  • 1 brosse à dents
  • quelques cotons de tige
  • 1 serviette en microfibres
  • 1 coupe menstruelle
  • 1 serviette hygiénique lavable

Bien être

  • 1 baume du tigre
  • 1 huile de massage / huiles essentielles
  • 1 paire de lacets de rechange
  • 1 crème solaire à indice élevé
  • 1 kit médical
  • 1 paire de lunettes de soleil adaptée à la montagne

Hydratation

  • 1 Steripen et son pré-filtre
  • 1 flacon de chlore ou des pastilles de purification en back up
  • 1 gourde et 1 bouteille d’eau vide de 1L

Divertissement

  • 1 carnet
  • 2 stylos
  • 1 livre
  • 1 appareil photo et son chargeur (éventuellement un adaptateur)
  • cartes SD

Gourmandise

  • des sachets de thé
  • des dosettes de café
  • quelques barres chocolatées
  • des biscuits / snacks légers mais gourmands

Indispensables à ne pas oublier

  • 2 bâtons de randonnée
  • 1 paire de mini-crampons (si trek au-dessus de 4 000 m)
  • 1 carte de la région
  • 1 frontale et des piles de rechange
  • 1 assurance
  • 1 carte de crédit
  • 1 passeport (ou à minima une copie)
  • de l’argent liquide

Et dans le détail …

Sac à dos de randonnée

equipement_tat_400x300_01

Sac marque Osprey, modèle Kyte 46 litres, 1,3 kg : Je suis tombée sous le charme de cette marque il y a quelques années en achetant un Talon 30 litres. Leurs sacs sont confortables, robustes, bien pensés, accessoirisés, légers et assez jolis. Quand j’ai eu besoin d’un sac un peu plus grand, je me suis naturellement tournée vers cette marque et je ne suis pas déçue.

Le petit plus : des poches au niveau de la ceinture de portage assez grande pour glisser un tube de crème solaire, un snack et un baume à lèvres.

Vêtements de trek

Pour partir en trek, il ne faut pas avoir peur de sentir un peu mauvais (même si ce n’est pas une fatalité, avec un peu de courage, on se lave tous les jours, même à l’eau froide) et de porter plusieurs jours, semaines, les mêmes vêtements (idem, quand il y a du soleil, même à l’eau froide, les vêtements se lavent ! )?

  • 2 pantalons de randonnée : 1 léger et clair pour ne pas avoir trop chaud en « basse » altitude, 1 second un peu plus chaud, coupe-vent et noir pour capter la chaleur du soleil dans les altitudes plus élevées.
  • 2 leggings thermiques : 1 fin qui sert de première couche et de pyjama, 1 plus épais et plus chaud qui sert de seconde couche et de legging d’intérieur dans les lodges après la journée de marche.
  • 1 t-shirt à manches longues en laine : première couche quand il fait froid ou simplement t-shirt d’intérieur le soir dans les lodges. Personnellement, je dors aussi avec quand les températures commencent à flirter avec le 0°C.
  • 1 t-shirt de marche : le mien est un simple t-shirt acheté en Asie contenant peu de coton et beaucoup de polyester. Les t-shirts en coton sont à bannir car ils n’évacuent pas bien la transpiration et ne sèchent pas vite. En trek, je lavais mon t-shirt tous les après-midi et il était sec tous les matins, même quand le temps était humide. Enfiler un t-shirt qui sent le propre le matin, ça n’a pas de prix …
  • 1 chemise de randonnée (pour les treks « chauds ») ou 1 pull technique en laine (pour les treks « froids »).
  • 1 polaire : indispensable que ce soit pour se couvrir quand il fait un peu frais, quand le vent se lève ou comme seconde couche sous la soft shell.
  • 1 bonne veste soft shell : largement suffisante pour des treks hors saison hivernale. Même par -10°C avec du vent, je n’avais pas froid car ma veste (un modèle Columbia) était suffisamment « coupe-vent ». Certes un peu lourde (pas loin de 800 g en taille S), elle a été ma compagne presque tous les jours au-dessus de 3 000 m d’altitude, notamment dans les lodges non chauffées des montagnes népalaises.
  • 3 culottes et 2 soutien-gorges : mis à part à 4 500 m et au-delà (des endroits où je ne suis restée que 2 nuits max à chaque fois), je lavais mes sous-vêtements tous les jours. S’ils n’étaient pas secs le matin, il finissait de sécher sur mon sac dans la journée ou directement sur moi.
  • 3 paires de chaussettes de randonnée : pour s’assurer d’avoir toujours une paire propre et sèche (perso, je marche 2 à 3 jours avec mes chaussettes, mais en change systématiquement après ma douche/toilette).
  • 1 paire de chaussettes en laine et polaire : la découverte de cette deuxième session de trek, les chaussettes en laine fourrée en polaire ! Je les utilise comme sur-chaussettes en soirée dans les lodges et comme chaussettes de nuit dans mon sac de couchage. Elles réchauffent bien les pieds sans contraindre le pied.

chaussette_trek_laine_polaire

  • 2 paires de gants : 1 paire de gants de marche coupe-vent, déperlant voire imperméable et fourrés en polaire ainsi qu’une paire de gants en laine fourrés en polaire pour les soirées fraîches/froides dans les lodges.
  • 1 bonnet, 1 écharpe, 1 bandeau et 1 buff : je suis frileuse, donc je multiplie les accessoires pour maintenir mon coup et ma tête au chaud. J’ai tout utilisé, parfois simultanément quand il faisait vraiment froid.

nepal_trek_renjolapass (11)

  • 1 chapeau : pas forcément aussi ridicule que le mien, mais un chapeau à larges bords pour bien se protéger du soleil. Pensez à en choisir un avec une petite corde de maintien pour éviter qu’il ne s’envole.

nepal_trek_jiri_fleurs

  • 1 paire de tongs (facultatif) : oui, c’est agréable d’avoir une paire de tongs ou de sandales à enfiler le soir, mais personnellement, n’ayant que des Teva assez lourdes, j’ai préféré m’en passer. Arrivant tôt dans les lodges, je demandais aux gérants s’ils n’avaient pas une paire à me prêter. Généralement, ils en avaient une. Autrement, je me baladais à l’intérieur avec mes super chaussettes en laine et polaire.

Équipements pour dormir

Pour les treks en lodges au Népal, le port d’un sac de couchage est discutable. Sur la majorité des parcours (Langtang, Everest, Annapurna, Manaslu), les lodges disposent de couverture qu’elles mettent à disposition des trekkeurs (gratuitement ou parfois contre 50 roupies (High Camp – Annapurna Circuit) ou 200 roupies (Daramsala – Manaslu Circuit)). Mais si vous êtes frileux comme moi, je vous conseille d’emporter un sac de couchage relativement léger (moins de 700-800 g) et compact avec vous.

  • 1 sac de couchage : j’ai un Baikal 700 de Millet, clairement pas suffisant (au niveau du confort) quand les températures descendent en dessous de 5°C, mais avec des vêtements thermiques et une ou deux couverture(s) supplémentaire(s), je n’ai jamais eu froid – même quand le thermomètre passait sous les 0°C dans la chambre.
  • 1 sac à viande : pour l’hygiène essentiellement.

Côté hygiène

Si vous partez trekker au Népal de lodge en lodge, vous pourrez vous laver tous les jours. Certes, les douches chaudes sont parfois payantes (si l’eau est chauffée au gaz, autrement les douches solaires sont souvent gratuites, question de négociation), il y a toujours une douche froide ou un seau d’eau froide pour faire un brin de toilette. Alors, aucune excuse pour sentir mauvais ! N’emportez avec vous que le strict minimum et tout en format « voyage ».

  • 1 shampoing : rien ne sert de se surcharger avec un flacon de 200 ml. 50 ml suffisent largement pour 10-15 jours de trek, d’autant plus qu’on ne se lave les cheveux tous les jours en trek.
  • 1 pain de savon dans un sac en plastique ou dans une boite à savon : pour se laver le corps et pour faire la lessive
  • 1 déodorant, le plus petit possible
  • 1 pot de crème hydratante : entre le soleil et l’air sec de la montagne, la peau tiraille vite, alors je ne pars jamais sans mon mini pot de crème et ma peau m’en remercie.
  • 1 peigne, facultatif pour ceux qui ont la tignasse courte
  • 1 lime à ongles et/ou 1 coupe ongles
  • 1 petit flacon de savon liquide : à garder à porter de main pour se laver les mains facilement avant chaque repas.
  • 1 dentifrice petit format et 1 brosse à dents
  • quelques cotons de tige ou encore mieux, un cure-oreilles
  • 1 serviette en micro fibres : encore une fois, la plus petite possible, la mienne fait 30×20 cm.

Pour les filles

Quand on s’embarque pour un trek de plusieurs semaines, il est peu probable que nos règles ne pointent pas le bout de leur nez. Pour voyager léger et responsable, rien de tel que :

lunacopine_800x600

Bien-être

Qui dit randonner sur plusieurs jours/semaines, dit souvent douleurs musculaires, petits bobos et autres désagréments … Voici ce que j’emporte avec moi pour parer aux grandes éventualités :

  • 1 baume du tigre
  • 1 huile de massage et 2 huiles essentielles (gaulthérie odorante et eucalyptus citronné) ou, à défaut une crème de massage contenant ces principes actifs : je me suis massée les jambes et les épaules TOUS les soirs et je n’ai eu aucune courbature. Est-ce le fruit de mes massages ? Je ne sais pas, mais je ne manquerai ce rituel pour rien au monde d’autant plus qu’il me permet de me réchauffer avant de me glisser dans mon sac de couchage.
  • 1 paire de lacets de rechange
  • 1 crème solaire à indice élevé
  • 1 kit médical
  • 1 paire de lunettes de soleil adaptées à la montagne

Hydratation

Quelle que soit l’activité physique pratiquée, il est important de bien s’hydrater. En montagne, afin de faciliter l’acclimatation (au-dessus de 2 500 – 3 000 m d’altitude), il est conseillé de boire 3 à 4 litres d’eau par jour. Or, même si l’eau des montagnes, d’autant plus des montagnes népalaises, semble pure, elle est parfois porteur de maladies, de germes et d’autres bactéries qui peuvent nous rendre malade. L’achat d’eau embouteillée étant selon moi inconcevable (sauf en dépannage), il est donc indispensable de purifier l’eau disponible avant de la consommer. J’évoque la solution que j’ai choisie dans cet article et en présente également d’autres. Dans mon sac de rando, vous trouvez donc :

  • 1 Steripen et son préfiltre
  • 1 flacon de chlore ou des pastilles de purification en back up du Steripen
  • 1 gourde et 1 bouteille d’eau vide d’1 L (pour purifier facilement de l’eau avant de la transvaser dans ma gourde)

nepal_manaslu_circuit_samagaun (4).jpg

Divertissement

Dans les montagnes, mes journées commencent souvent très tôt. Afin de profiter des chemins de randonnée déserts, je quitte souvent la lodge entre 7h et 7h30. Du coup, mes journées se terminent tôt, souvent avant 14 ou 15h. Pour ne pas m’ennuyer, j’emporte avec moi :

  • 1 ou 2 carnet(s) pour écrire mes aventures et tenir mes comptes
  • 2 stylos
  • au moins 1 livre
  • 1 appareil photo et son chargeur : je trie mes photos quasiment au jour le jour afin de ne pas manquer de place sur ma carte SD

nepal_trek_abc_dovan_deurali.jpg

Provisions

Qu’on se le dise : si vous trekkez au Népal de lodge en lodge, vous n’avez pas besoin d’alourdir votre sac avec de la nourriture. Mais, si vous voulez économiser un peu d’argent et/ou améliorer un peu le quotidien, rien ne vous empêche d’emporter quelques vivres avec vous. Voici ce que j’emporte systématiquement avec moi :

  • des sachets de thé : cela permet de ne commander que des thermos d’eau chaude, beaucoup moins chers que ceux de thé (de 50 à 300 roupies le thermos d’eau chaude, les prix augmentant proportionnellement à l’altitude), et de déguster votre thé préféré (si comme moi le thé noir de base ne vous ravit pas). Généralement, si vous commandez votre thermos d’eau chaude vers 15-17h, son contenu sera encore chaud le lendemain matin.
  • des dosettes de café : pour me faire des petits gouter biscuits-café !
  • quelques barres chocolatées : pour les moments durs !
  • des biscuits secs bon marché comme les Coconut Crunches : ils sont bons, ne pèsent rien et ne coûtent que 15 roupies en ville. Dans les montagnes, on les trouve jusqu’à 100 roupies ! J’en ai toujours 3 ou 4 paquets dans mon sac et je reconstitue mon stock en basse altitude, là où les prix sont encore corrects.

nepal_trekking_food (16)

  • 1 snack que j’aime particulièrement pour l’objectif physique du trek (un col par exemple)
  • 1 sachet d’environ 300 g de porridge instantané (au Népal, préférez les marques d’importation, bien meilleures que le porridge népalais qu’il faut faire cuire) pour le petit dej : ça coûte moins de 200 roupies en ville et permet de faire une dizaine de petit-déjeuner versus 200 à 300 roupies le bol de porridge dans les lodges. Du coup, il est possible de compléter son repas d’un pain tibétain, de chappati, d’une omelette, ou de tout autre chose que vous aimez sans pour autant faire exploser le budget.

Indispensables

Et pour finir, voici ce qu’il ne faut pas oublier :

  • 2 bâtons de randonnée : ils sont, selon moi, INDISPENSABLES, aussi bien en montée qu’en descente. Sans eux, je ne sais pas si j’aurais été capable de marcher plus de 20 jours d’affilé.
  • 1 paire de mini-crampons : si vous envisagez de trekker au-dessus de 4 000 m au Népal, même au printemps ou à l’automne, je ne saurais que trop vous recommander d’acheter une petite paire de crampons. Ils m’ont cruellement manqué lors de la descente du Larke La (circuit du Manaslu) que j’en ai acheté une paire pour le Thorung La (circuit des Annapurnas) et je ne suis pas tombée en descente !
  • 1 carte de la région où vous trekkez : n’hésitez pas à en prendre une détaillée surtout si vous marchez sans guide.
  • 1 lampe frontale et des piles de rechange (à la fois pour lire mais aussi pour les escapades nocturnes aux toilettes)
  • 1 assurance : assurez-vous que votre assurance couvre la recherche en haute montagne (au-dessus de 3 000 m), le rapatriement en hélicoptère et/ou l’alpinisme (le trek au Népal est souvent considéré par les assureurs comme de l’alpinisme et donc comme un sport à risque).

nepal_manaslu_circuit_samdo_dharamasala (1).jpg

Katie, l’une de mes compagnes de trek sur le Manaslu, prête à se faire héliporter vers Katmandou après avoir développé le mal des montagnes

  • 1 carte de crédit : toujours utile si vous devez vous faire évacuer en hélicoptère et que votre assurance est injoignable
  • 1 passeport ou au moins une copie de votre passeport
  • des sous ! Surtout des petites coupures (50 et 100 roupies) ainsi que des billets de 500 et de 1 000. Quand je trek seule, je ne m’arrête pas déjeuner. Je paie donc mes 3 repas d’un seul coup ce qui me coûte plus de 1 000 roupies à chaque fois. J’écoule donc facilement mes billets de 1 000. Si vous vous arrêtez manger le midi, privilégiez les billets de 500 à ceux de 1 000 dans votre portefeuille.

Mes 10 indispensables pour passer un col ou pour une grosse journée en altitude

trek_indispensables

  1. une carte pour ne pas se perdre
  2. des lunettes de soleil pour protéger ses yeux et ne pas risquer de perdre temporairement la vue
  3. une gourde et un Steripen pour bien s’hydrater
  4. de la crème solaire à indice élevé pour protéger sa peau
  5. un baume du tigre pour la douleur (les genoux peuvent être très sensibles en descente)
  6. une multitude de snacks pour les coups de pompes (des biscuits secs salés (pour la rétention d’eau dans l’organisme), du moon dal (des lentilles fris) parce que c’est trop bon, des biscuits secs sucrés, une barre chocolatée, etc.)
  7. un baume à lèvres avec une protection solaire pour éviter les coups de soleil
  8. une paire de petits crampons pour éviter de glisser en descente dans la neige
  9. une paire de bâtons de randonnée (non photographiés)
  10. un appareil photos pour capturer ces jolis moments

Voilà, il ne vous reste plus qu’à enfiler vos chaussures de randonnée et à partir à la découverte des montagnes népalaises et du monde !

11 commentaires

  • DUQUESNE dit :

    Comment porter un sac à dos sur le ventre + un autre sur le dos

  • C’est une remarque ou une question ?
    Si c’est une question, de manière classique. Le gros sac de randonnée d’abord pour bien le positionner et le petit sac de jour par dessus les bretelles de l’autre. Cela permet d’avoir à disposition l’appareil photo, l’eau, quelques provisions pour reprendre du sucre…
    Ensuite, en trek bien entendu, je mets souvent mon petit sac à dos dans le grand et ne garde que mon appareil photo devant.

  • Marion dit :

    Génial ce blog ! Merci ! Je pars pour le Nepal dans 10 jours et suis Super ravie de trouver des précisions sur les compositions des vêtements à emporter, surtout que je vais aussi dans les anapurnas ! 2 questions :
    J’imagine que côté matériel on trouve pas mal de choses à KTM à moindre prix ? (Vêtements, bâtons, thermolactyls…?)
    Et côté lessive, tu prends qqc en particulier ou simplement au savon ?
    Je file continuer ma lecture 🙂

  • Merci à toi !
    Effectivement tu peux trouver de tout à KTM selon ton budget. C’est une vraie base de trek 🙂
    Côté lessive, nous emportions la plupart du temps du simple savon, sinon tu peux trouver des mini dosettes lessives mais pas top niveau environnement.
    N’hésite pas à me contacter si tu as des questions.

  • Amandine dit :

    Bonjour, et merci pour ces précieuses infos !
    Je pars pour un treck de 18 jours au Népal (Manaslu) en novembre et je m’interrogeais pas mal sur ce que je devais apporter en vêtements, en particulier en sous-vêtements. Ce que tu décris dans ton article vaut pour un treck de combien de jours ? Ça me semble léger 3 culottes, en comptant en plus les 10/12h de vol.
    En tout cas merci pour ton article ☺

  • Tatiana avait effectué un trek au Manaslu pendant environ 12 jours suivi d’environ 10 jours autour des Annapurnas. Durant notre trek commun de 26 jours, Tatiana était aussi parti avec un nombre très limité de sous-vêtements tout comme moi. Le but est de les laver dès que possible en auberge ou dans la rivière (selon les produits que tu utilises). Le principe basique est : 1 sur soi, 1 en rechange, 1 qui sèche et comme cela en rotation tout le long du trek.

  • moon dit :

    hello et merci pour cette mine d’or d’informations, je pars également là bas pour 20 jours de trek de lodge en lodge et je m’interroge sur les possibilités de recharger les appareils photos ! tu parles de chargeur dans ton article, y a t il des prises à disposition ?
    et sinon où as tu trouvé ces superbes chaussons de laine ?
    merci 🙂

  • Ah je t’envie car le Népal est vraiment un pays coup de cœur ! Pour la recharge en trek, tu devrais trouver des prises dans certaines lodges mais n’oublie pas ton adaptateur. De mémoire, il est nécessaire. Pour les chaussons au top, tu trouveras ton bonheur à Kathmandou, le bazar des trekkers 😉

  • moon dit :

    merci de ta réponse, je ne m’encombre pas d’un chargeur solaire alors 🙂 et tu (vous) êtes bienvenus dans cette aventure 😉

  • marion dit :

    Hello ! Pas besoin d’adaptateur, et conseil pour économiser la batterie : garder toujours son téléphone près du corps donc au chaud ! Quand il fait très froid (donc en altitude donc quand ça commence à devenir payant de recharger…) il se décharge à la vitesse de l’éclair !

  • Merci Marion ! Effectivement le fait de garder son téléphone proche de soi est une bonne option.

Laisser nous un petit mot