Transsibérien, Moscou-Ekaterinbourg

Ah le Transsibérien, cette voie mythique de chemin de fer qui nous fait rêver depuis longtemps ! Nous y sommes enfin et nos premiers arrêts seront Perm puis Ekaterinbourg. C’est parti pour l’aventure …

Perm, excursion entre goulag et « stone-town« 

Perm fut autrefois appelée Molotov, oui, oui en l’honneur à Viatcheslav Molotov et son fameux cocktail ! Ancienne ville d’industries lourdes type métallurgie et chantiers navals, Perm connaît depuis peu une mutation vers la culture tout comme Košice en Slovaquie !

Pour nous, après avoir fait des tours autour d’un bâtiment, demandé de l’aide à un salon de beauté, retourné au Mc Do’ pour le Wifi, nous arrivons enfin à trouver notre hostel ! Et là, très bonne surprise, il est très spacieux et nous sympathisons avec Sacha (la sœur de la gérante).

Nous passerons une journée avec Sacha, Anton et Yulia à arpenter la campagne profonde autour de Perm, à visiter Perm-36 et « stone-town« .

perm36

Perm-36 est un ancien camp de travail forcé (on s’entend) ou goulag soviétique destiné aux opposants politiques. En activité entre 1946 et 1987, il est maintenant l’un des seuls camps ouverts au public en tant que musée. Nous y découvrons les conditions de vie et de « détention » dans ce type de camp. Cela nous rappelle fortement notre visite du camp d’Auschwitz-Birkenau en Pologne.

perm36_3

perm36_2

Nous reprenons la « route » cabossée au possible à fond de 3ème (à 120 km/h tout de même) pour nous rendre à cette ville de pierres au beau milieu de l’Oural.

Perm (1)

Nous y découvrons des structures ressemblant à des animaux, des passages étroits, des abris ce qui nous rappelle aussi fortement (encore une fois) les shelters et les formations rocheuses d’Australie. Nous en profitons pour nous reposer et parcourir ces étranges roches sorties de nulle part.

Perm (2)

Sur le retour, nous apercevons 3 camions retournés et le voyage se fait toujours à fond de 3ème.

Ekaterinbourg et ses tsars

Après quelques heures de train, nous voici à Ekaterinbourg, nommée ainsi en l’honneur de Catherine II de Russie. Fermée aux étrangers entre 1960 et 1990 en raison du complexe militaro-industriel, elle est aujourd’hui un carrefour ferroviaire majeur de l’Oural et la troisième ou quatrième (selon les critères) ville du pays.

Le saviez-vous ?L’acier de la tour Eiffel proviendrait de la région d’Ekaterinbourg. Ils en sont assez fiers ! Parait aussi que la Statue de la Liberté serait également faite avec cet acier …

Ekaterinbourg (10)

La ville n’est pas très captivante. Mais il y a tout de même la mairie style Kremlin qui arbore d’ailleurs une étoile rubis un peu « illégalement ».

Ekaterinbourg (2)

Nous avons aussi découvert le concept de « capsule temporelle », une sorte de sauvegarde collective de biens et d’informations, autant de témoignages pour les générations futures. Scellée en 1970, la capsule sera ouverte en 2020. Les habitants de la ville pourront donc découvrir comment les habitants de l’époque imaginaient leur ville 50 ans plus tard. Nous pouvons dire avec certitude que la réalité est bien différente de ce que les soviétiques des années 70 imaginaient.

Ekaterinbourg (3)

Enfin, nous étions présents le jour du « Tsarist day« , jour de commémoration de l’assassinat de la famille impériale Romanov dans la cathédrale de la ville.

Ekaterinbourg (5)

Nous voulions assister à la célébration nocturne qui avait lieu : une marche d’environ 17 km et une grande messe, mais vers 22h, un orage horrible a éclaté et nous a trempé jusqu’aux os. Nous avons décidé de rentrer sous la pluie, totalement noyés … J’ai tout de même réussi à prendre un éclair en photo, ce qui m’a valu quelques crampes à attendre bêtement que celui-ci tombe devant moi !

Ekaterinbourg (6)

Il est l’heure de reprendre le train ver l’Est … en route vers la Sibérie.

Laisser nous un petit mot