Trek vers l’Everest : acclimatation à Namche Bazar

Nous sommes à Namche Bazar, le hub ou le petit Thamel de la région de l’Everest. Aujourd’hui, pour nous, c’est journée d’acclimatation … mais c’est surtout l’heure de décider si nous allons ou non au camp de base de l’Everest.

J9 du trek : Acclimatation à Namche Bazar (3 440 m)

L’acclimatation permet d’éviter le mal des montagnes dont nous vous parlerons demain. Qui dit journée d’acclimatation ne dit pas journée de repos à la lodge. Après un petit déjeuner sous la grisaille, nous montons donc vers Khumjung (3 780 m), non loin de Namche Bazar.

Nous suivons un groupe d’asiatiques qui se prend en photo sur un monument sacré du bouddhisme. Leur guide ne semble pas choqué et ne dit rien (ni le nôtre d’ailleurs), mais un autre guide arrive et leur fait la morale. Subash, notre guide, nous explique qu’en tant que touristes nous avons payé « beaucoup » pour venir ici alors tout ou presque est permis. Nous n’adhérons pas, mais malheureusement, nous nous rendons compte (encore une fois) que l’argent peut tout justifier !

nepal_trek_namche (1)

Arrivés au sommet, les nuages se dispersent et un panorama fabuleux s’offre à nous.

nepal_trek_namche (1)

nepal_trek_namche (1)

nepal_trek_namche (1)

En contrebas, nous apercevons l’autoroute à trekkers qui se rendent vers la prochaine étape sur le chemin du camp de base de l’Everest … Cette vision nous fait réfléchir.

nepal_trek_namche (1)

Après avoir savouré la vue sur la vallée et sur Ama Dablam (montagne caractéristique par sa forme), nous arrivons au village de Khumjung. Ce village abrite l’école Hillary ainsi qu’un monastère « particulier ». Nous nous baladons entre les bouses de yak et de jobkey en train de sécher afin d’être utiliser comme combustible.

nepal_trek_namche (1)

Jobkey
Les jobkey ou dzo, sont des animaux hybrides issus de la reproduction entre une yak (ou une nak) et une vache domestiques (ou un taureau). Ces animaux sont répandus en Mongolie, en Inde et aussi au Népal. Nous en avons croisés beaucoup sur les chemins de randonnée au-dessus de 3 500 m car ils sont plus massifs, plus dociles et plus forts que les yaks. Ces animaux sont utilisés pour transportés du matériels d’expédition et des vivres vers les hautes altitudes.

nepal_trek_namche (1)
Statue d’Edmund Hillary dans l’école du village de Khumjung qui porte son nom

Edmund HillaryEdmund Percival Hillary est un alpiniste néo-zélandais. Le 29 mai 1953, accompagné du Sherpa Tensing Norgay, ils deviennent les premiers hommes à gravir l’Everest.

Revenons au monastère. Ce petit monastère bouddhiste est très joli avec ses textes sacrés, ses instruments de musique et ses bouddhas.

nepal_trek_namche (1)

nepal_trek_namche (1)

nepal_trek_namche (1)

Mais, à l’intérieur, se trouve quelque chose de légendaire … Devinez-vous ce que c’est ?

nepal_trek_namche (1)

Ce crâne ou cuir chevelu est supposé appartenir au Yeti ! Oui, oui à l’abominable homme des neiges qui hante l’Himalaya … Libre à chacun d’y croire ou non.

Sur la descente, nous empruntons un autre chemin qui nous fait traverser un aéroport et une piste d’atterrissage plus qu’étrange.

nepal_trek_namche (15)

Gokyo vs camp de base de l’Everest

L’après-midi se déroule tranquillement entre lavage de cheveux à la bouteille, jeux de cartes et lecture. Tatiana part à la recherche de snacks pour la suite du trek alors que je joue aux cartes avec différents porteurs. Au détour d’une lecture, je découvre la vie de Marco Polo en Mongolie.

Mais bref, il est temps de se décider sur la suite du périple. Depuis Namche, nous avons le choix entre deux treks classiques :

  • partir vers l’Est pour le camp de base de l’Everest
  • partir vers le Nord-Ouest pour Gokyo et son lac

Après avoir vu la foule se rendant vers le camp de base de l’Everest, nous optons donc pour Gokyo. Oui, nous ne verrons pas cette place mythique qu’est le camp de base. Mais, selon diverses personnes, cela tient plus du rêve collectif qu’autre chose car la vue n’y serait pas extraordinaire. Ce n’est que partie remise …

2 commentaires

Laisser nous un petit mot